L’espace public était au centre de notre Conseil communal lundi.

Tout d’abord avec une interpellation de notre collègue Vincent Biauce sur la réduction du nombre de panneaux publicitaires à Etterbeek.  Il a rappelé que la publicité est partout : dans l’espace public sur le mobilier urbain, à la radio, sur internet, dans les boîtes e-mail, dans les boîtes aux lettres, …  Il s’est interrogé sur la pertinence de leur maintien sur l’espace public.

La publicité pousse à la surconsommation : elle ne vend pas seulement des vêtements ou des voitures, mais aussi de la jeunesse, de la beauté, du statut social. Les messages et images véhiculées sont souvent des stéréotypes ou sexistes. Elle fait la part belle aux grands groupes internationaux et aux plateformes d’e-commerce.

Pendant ce temps, l’urgence environnementale grandit. Les enjeux environnementaux et éthiques nécessitent de consommer moins et mieux, de respecter les travailleurs qui fabriquent ou livrent les produits, d’acheter local, de viser le zéro déchet… Cela implique une profonde modification des modes de production et de consommation.  Les panneaux publicitaires encombrent les trottoirs et uniquement la voirie dédiée aux mobilités actives. Combien de panneaux défigurent la perspective d’une avenue ou gâchent l’harmonie architecturale d’une rue ou des façades. Toute une série de panneaux mettent en danger les piétons ou cyclistes en cachant la visibilité des automobilistes à certains carrefours.

Pour plus d’info sur cette interpellation :

Dans sa réponse, le Collège a rappelé l’évolution du nombre de panneaux ces 30 dernières années et s’est engagé à communiquer aux conseillers communaux l’inventaire de ces panneaux et des permis d’urbanisme.  Notre groupe sera attentif au sort que le Collège donnera à ces panneaux dans les 3 prochaines années.

Le débat sur la politique de stationnement s’est également invité dans notre réunion de lundi : une majorité du conseil s’opposant à la volonté du gouvernement régional de réduire le nombre de places de stationnement en voirie.  Notre collègue Pieterjan Vanden Boer a rappelé que notre espace public est un bien extrêmement précieux. Malheureusement 70 % de notre espace public est occupé par des voitures particulières.  Les piétons, les vélos, les zones vertes (arbres et parterres verdurisés), les plaines de jeux, les arceaux et box à vélos ou encore les bancs publics doivent se partager les 30% restant.  A notre sens, c’est disproportionné.  A Bruxelles (région), nous disposons de 965 000 places de parking en voirie et hors voirie (quasi 1 place par habitant) alors que 60% des ménages n’ont pas de voiture.  Paris dispose proportionnellement de 4 fois moins de places de parking en voirie. Raisons pour lesquelles, nous soutenons le projet d’ordonnance du gouvernement bruxellois.

Le Conseil a, par ailleurs, validé l’adhésion de la commune à la centrale d’achat de Sibelga qui va faciliter la rénovation énergétique du bâti et la production d’électricité verte

Enfin, nous avons été informés que la commune abandonnait son recours contre le projet du rond-point Schuman.  Soulagement !  Le projet va pouvoir avancer.

Un conseil qui résume bien les débats actuels en Région bruxelloise sur le rééquilibrage de l’espace public.  Débat entre les tenants (nombreux) du statut quo et ceux/celles qui veulent faire évoluer l’espace public pour assurer une qualité de vie pour le Bruxellois.es tout en atteignant nos objectifs climatiques.